Qui suis-je ?

Je préfère faire connaissance de vive voix mais voici une petite présentation de mon parcours :

Passionnée depuis toujours par le comportement humain, j’ai fait mes études de psychologie à l’Université de Lausanne afin d’obtenir un « Master en science en Psychologie ».

Lorsque vous étudiez la psychologie, vous êtes amené à choisir une branche qui vous intéresse plus particulièrement : il y a des psychologues qui s’intéressent aux enfants/adolescents ou à la psychologie en milieu scolaire, d’autres à la neurologie (mécanismes du cerveau), d’autres à la psychopathologie (« maladies psychiques »), à la psychologie sociale, à la psychologie de l’éducation, à la psychologie du travail, de la circulation, etc.

Pour ma part, ce qui m’a toujours intéressée est le lien entre corps et psychisme. J’ai alors décidé de me former en psychologie de la santé. Le psychologue de la santé s’intéresse à promouvoir des comportements de santé et prévenir les maladies. Il est aussi spécialisé dans l’accompagnement des personnes souffrants de maladies somatiques graves et chroniques.

Après un premier travail de recherche sur les maladies dites « psychosomatiques», je me suis lancée dans un travail de recherche qualitative exploratrice sur l’obésité (du point de vue des professionnels de la santé mais également du point de vue des personnes souffrants de surpoids).

Parallèlement et professionnellement, je travaille depuis 2015 dans l’unité psychologique d’un centre métabolique, spécialisé dans l’accompagnement des personnes souffrants de surpoids, d’obésité, de problématique d’image corporelle ou de régulation émotionnelle et/ou du stress avec la nourriture.

Mon travail auprès des patients ainsi que mes travaux de recherche m’ont permis de développer un modèle de régulation des émotions et du stress qui prend en compte chaque individu comme une personne unique.

J’utilise une approche intégrative, qui vous considère dans le contexte dans lequel vous vivez (société, culture), dans lequel vous avez grandi (votre éducation), et en prenant en compte ce que vous ressentez (corporellement et/ou intuitivement) et j’affectionne tout particulièrement les thérapies corporelles et inconscientes qui laissent moins de place aux biais des analyses interprétatives du psychologue 😉

Je peux autant vous accompagner dans une compréhension physiologique, qu’émotionnelle, intuitive ou extraordinaire de votre fonctionnement.

 

Quel genre de psy suis-je ?

Première chose: j’écoute mais je parle aussi. 🙂 J’aime transmettre, j’aime donner des exemples, j’aime vous voir avancer. Je n’affectionne pas particulièrement le terme de « maladies psychiques », qui se cache parfois derrière le terme de « psy ». Je me considère plutôt comme un outil pour vous, dans votre propre développement personnel. Je suis une rencontre parmi tant d’autres, qui reconnaitra votre souffrance et surtout qui tiendra compte de vos besoins.

Avec moi, il n’y a pas de filtres, pas de tabou, il n’y a pas de « il faut », de « je ne dois pas ». Il y a juste vous et moi, à même hauteur et à valeur égale, essayant de faire de notre mieux, dans le respect et surtout sans jugement.